Total renforce sa stratégie de diversification et privilégie la fourniture d’énergie

Face à la crise du coronavirus et ses conséquences sur l’économie, le pétrolier Total consolide sa stratégie de diversification. Il renonce au rachat des intérêts de l’américain Occidental Petroleum au Ghana tout en investissant dans un portefeuille de 2.5 millions de clients et deux centrales électriques en Espagne. Il décide, d’autre part, d’investir dans le projet “Northern Light” portant sur le stockage de CO2.

Ce Lundi 18 Mai, le pétrolier a communiqué qu’il renonçait au rachat des intérêts de l’américain Occidental Petroleum au Ghana. Ils avaient pourtant signé, en 2019, un SPA (Purchase and Sale Agreement) concernant l’acquisition des actifs africains d’Anadarko. 

Total ne souhaite pas poursuivre ce projet d’acquisition des actifs et désire préserver sa marge de manoeuvre financière “compte tenu de l’environnement auquel il doit faire face”. Toutefois  dans le cadre du contrat SPA, les rachats des actifs d’Occidental au Mozambique et en Afrique du Sud sont maintenues et finalisés. 

Nouvelle acquisition du groupe en Espagne

En parallèle, le groupe étend son réseau en Europe et se renforce dans l’électricité. Il a signé un accord avec Energias De Portugal (EDP) relatif au rachat d’actifs du groupe portugais en Espagne. Cette acquisition lui permet d’obtenir un portefeuille total de 2.5 millions de clients résidentiels et deux centrales à cycle combiné au gaz naturel d’une capacité de 850 MWh. 

Cette transaction fait entrer Total sur le marché espagnol résidentiel. La valeur de son acquisition est égale à 515 millions d’euros. Le groupe se rapproche de son objectif: devenir un “groupe multi-énergie”. Il devient le 4ème fournisseur de gaz et d’électricité du pays avec 12% et 6% de part respectivement.  

Avec cette nouvelle acquisition, 8.5 millions de clients en Europe seront fournis l’année prochaine en électricité et gaz par le groupe pétrolier. Il est ainsi, sur la bonne voie pour dépasser son objectif de 10 millions de clients en 2025. 

Le projet Northern Lights 

Malgré le contexte actuelle de crise sanitaire, le groupe pétrolier résiste grâce à son plan d’économie. C’est pourquoi, il a entrepris, avec les sociétés Shell et Equinor, d’investir dans le projet “Northern Lights”, le premier permis d’exploitation en Norvège de stockage du CO2 sur le plateau continental norvégien. Ce réservoir prévoit l’ouverture à la décarbonation pour les industries et la réduction à zéro des émissions de CO2 d’ici 2050. 

Ce projet serait une première étape pour atteindre les objectifs de lutte contre le changement climatique définis par l’accord de Paris. L’investissement initial de ce projet atteint pour l’instant un total de 6.9 milliards de couronnes norvégiennes soit environ 630 millions d’euros. La décision finale d’investissement est en attente puisqu’elle dépend de la décision des autorités norvégiennes.

Plus de nouvelles

Électricité : la CGT soupçonne un plan de cession visant plus de 15000 postes chez Engie. 

La CGT alerte d’un potentiel plan massif de cessions ou de fermetures d’activités touchant plus de 15000 postes dans le...

Lire la suite

Nucléaire: Report des arrêts de 30 réacteurs nucléaires chez EDF et pourtant une augmentation de la disponibilité nucléaire

EDF a publié un nouveau planning des maintenances et visites décennales pour ses réacteurs nucléaires, repoussant les arrêts de 30...

Lire la suite

Énergies: Augmentation de 10€ des prix de l’énergie attendus pour cet été trop ensoleillé !

Les estimations météorologiques ont indiqué qu’une nouvelle vague de chaleur serait présente en France cet été. Dans ce scénario, les...

Lire la suite