Eléctricité en France – des prix voués à augmenter ?

Dans les années 70, la France a fait le choix du nucléaire pour assurer l’indépendance énergétique du pays. Cette source d’énergie représente aujourd’hui plus de 379,1 TWh soit un peu plus de 71% de la production d’électricité française. Peu coûteux à l’époque, le nucléaire nous aura permis d’avoir l’électricité la moins chère d’Europe. Mais cette idylle est-elle viable ?

EDF, fournisseur et producteur historique d’électricité en France, nous garantit une énergie verte et pas cher. Seulement, depuis 1973, le prix en kWh de l’électricité s’est vu être multiplié par sept ! Actuellement l’électricité ne représente qu’une petite dépense pour les ménages et les entreprises françaises. Pour combien de temps encore ?

L’émission Capital de Julien Courbet a mené l’enquête pour nous. Dans cet article, vous trouverez les points à retenir de ce podcast électrique !

 

EDF : Le premier producteur et fournisseur Français et Européen. 

 En France, la production de l’électricité représente un tiers du coût sur notre facture d’électricité, elle-même produite aux trois-quarts par les centrales nucléaires. EDF, notre unique producteur d’énergies nucléaires en France, a jusqu’ici produit et vendu une énergie a « juste prix ». Sachant que l’électricité française est en moyenne 20% moins chère que nos voisins européens, comment EDF peut-il continuer à nous proposer des prix aussi intéressants ? Ces tarifs sont-ils voués à augmenter ?

EDF a le monopole du parc nucléaire français. Cela inclut la production d’électricité, de même que la construction et l’entretien des centrales nucléaires françaises.

 

Le coût de la gestion quotidienne  

La France compte un total de 19 centrales nucléaires dont 58 réacteurs. Annuellement, ces réacteurs coûtent à EDF:
• 2,3 milliards d’euros de carburant.
• 3 milliards d’euros de frais de gestion.
• 11 milliards d’euros de frais d’exploitation.

Les déchets nucléaires représentent également une charge supplémentaire au groupe EDF :
• 760 millions d’euros par an pour trier et recycler des déchets nucléaires (ORANO).
• 700 milliards d’euros pour le nouveau projet d’enfouissement des déchets.

 

L’entretien des centrales 

EDF réalise des projets de rajeunissement pour les centrales nucléaires qui en ont le besoin. L’investissement total pour une seule centrale s’élèverait à plus de 150 millions.

Il y a également de nouvelles règles de sécurité qui sont imposées régulièrement par l’état. Elles impliquent la mise en place de nouveaux chantiers pour EDF, ce qui ajoute plus de 100 milliards d’euros au budget du groupe.

 

Les projets mal évalués

Les aléas des chantiers sont la cause de dépenses supplémentaires pour EDF. Entre les retards concernant le démantèlement de certaines centrales ou encore l’échec du projet EPR, les chiffres atteignent rapidement les milliards d’euros.

Les loyers économiques font aussi leur part dans le total des charges de la société. EDF tâche d’investir plus de 200 milliards d’euros pour d’éventuels projets futurs.

En 2007, un chantiers de démantèlement de plusieurs réacteurs nucléaires a vu le jour. Retardé, il coûtera entre 350 et 500 millions d’euros à EDF dès sa finalisation. Quatorze réacteurs au total devront être arrêtés et détruits, ce qui représente un budget de 425 millions d’euros pour EDF.

Mais les dépenses ne s’arrêtent pas là. Le groupe prévoit aussi des économies pour d’éventuelles constructions futures. Elles seraient évaluées à 200 milliards d’euros.

Enfin, le projet EPR pourrait couter trois fois et demi plus cher que son budget de départ.

Le nucléaire, principale source d’énergie de la France, engendre un nombre de dépenses incalculables. Nous en payons seulement une partie pour le moment. Si ce n’est pas le consommateur qui paye la différence, qui payera le reste ?

 

➔  Retrouvez cette enquête signée Capital « Pourquoi le prix de l’électricité n’a pas fini d’augmenter » présenté par Julien Courbet en replay sur le site d’RTL.

https://www.rtl.fr/actu/debats-societe/capital-pourquoi-le-prix-de-l-electricite-n-a-pas-fini-d-augmenter-7800279556

 

Plus de nouvelles

Délais de démarrage de l’EPR de Flamanville repoussé jusqu’en 2024

Le gouvernement n’oublie pas le nucléaire malgré le contexte actuel. La mise en service de l’EPR de Flamanville, qui devait...

Lire la suite

Suspension des factures d’électricité et gaz

Suite aux discours d’Emmanuel Macron lundi 16 Mars, les entreprises se questionnent de plus en plus sur les mesures d’aides...

Lire la suite

Fourniture d’énergie et Coronavirus en France au 17/03

Nous vous avons préparé un récapitulatif de la situation énergétique en France en ces temps d’épidémie, les mesures prises par...

Lire la suite