Augmentation du prix du gaz pour juillet 2021

Consommateurs de gaz, soyez avertis : le prix du gaz va augmenter de presque 10% à partir du 1er juillet 2021. Une augmentation faisant suite à la crise du Covid-19 et justifiée par Engie sur la base de plusieurs critères dont celui du manque de stock de gaz.

Pourquoi le prix du gaz est en hausse de 9,96% ?

Le 1er juillet 2021, le gaz naturel connaîtra une augmentation de son prix de presque 10%, comme l’a communiqué la CRE (Commission de Régulation de l’Énergie). Tous les consommateurs de gaz seront affectés, y compris ceux ayant souscrit un contrat au tarif réglementé de vente chez le fournisseur historique Engie.

Cette nouvelle hausse n’est cependant pas une surprise pour les spécialistes de l’énergie, qui s’attendaient à ce que la reprise des activités industrielles, que la crise sanitaire avait ralentis, n’impacte directement le coût des énergies.

Quelques raisons de l’augmentation du prix du gaz :

  • Des stocks de gaz naturel trop faibles après un long hiver et beaucoup de télétravail
  • Un remplissage des stocks plus lent à cause de basses températures au printemps
  • Une reprise des activités industrielles suite au Covid-19 (principalement en Chine)
  • Des perturbations dans l’importation du gaz venu de Norvège
  • Augmentation de la consommation de gaz dans la production d’électricité

La forte demande face à des stocks en baisse permet donc aux exportateurs tels que la Russie de tirer les prix vers le haut. Et puisque 99% du marché du gaz en France est issu de l’importation, la facture des consommateurs dépends des prix fixés à l’étranger.

Des tarifs durablement élevés pour le gaz naturel

Cette hausse suit celle qui avait pris effet en juin et qui augmentait déjà de 4% le prix du gaz. Il s’agit de la troisième augmentation consécutive, de quoi affecter très concrètement les factures d’énergie des particuliers et des professionnels.
Pourtant les estimations ne sont pas favorables à une baisse dans les années à venir. En cause, une tension sur l’offre ainsi que la volonté de l’Europe à poursuivre la transition énergétique en remplaçant le charbon par le gaz.

Une autre raison de l’augmentation du prix du gaz en France est le coût du certificat d’économie d’énergie (CEE). Une révision à la hausse, là aussi, qui oblige les fournisseurs de gaz et électricité à financer ces mesures écologiques en impactant le prix de l’énergie.

Relativiser le prix du gaz

Bien que ces augmentations puissent faire peur, il faut tout de même les relativiser en ayant une vision sur le long terme.
La reprise de l’activité industrielle mondiale force une augmentation des prix, mais il ne faut pas oublier que ces prix étaient en baisse quasi permanente durant toute la crise sanitaire. En observant les tarifs du gaz naturel, on réalise qu’en réalité, ils n’ont augmenté que de 1,1% en France depuis janvier 2019, comme l’a souligné la CRE dans un communiqué.

Là où l’attention des consommateurs doit être alertée, c’est à propos des prévisions pour le prix du gaz dans les années à venir. Les personnes et entreprises ayant souscrit au tarif réglementé de vente devront donc garder un œil sur leur facture et évaluer les hausses qu’ils sont prêt à accepter avant qu’elles n’arrivent.
Et pour ceux qui redouteraient des fluctuations de tarifs trop importantes, c’est peut-être le moment idéal de se pencher sur les offres des fournisseurs de gaz alternatifs.

Plus de nouvelles

Nord Stream 2 : Washington et Berlin veulent surmonter leurs désaccords sur le sujet

C’est dans le cadre de sa première visite en Allemagne sous le mandat de Joe Biden et quelques jours après...

Lire la suite

Renouvelables : les nouvelles énergies vertes moins chères que certaines énergies fossiles

La transition énergétique, bien amorcée dans plusieurs pays dans le monde, devrait profiter d’un nouveau coup d’accélérateur donné par l’IRENA...

Lire la suite

Électricité : avec ses 70 GW le réseau électrique français est paré pour l’été

Bonne nouvelle pour cet été annonce le RTE (Gestionnaire du Réseau de transport de l’électricité) : le réseau électrique ne...

Lire la suite