Le prix de l’électricité pourrait enfler rapidement

Depuis plusieurs mois, les tarifs du gaz sont en hausse et provoquent l’inquiétude. Mais ils pourraient entraîner à leur suite une augmentation du prix de l’électricité au point de dépasser certains records. Une situation difficile à l’approche des élections présidentielles.

Pourquoi le prix de l’électricité est lié au gaz ?

Nous le savons, depuis de début de l’été le prix du gaz grimpe sans arrêt ainsi que celui de la tonne de CO2. Deux facteurs qui auront un impact direct sur les factures du consommateur.
Malheureusement, le prix de l’électricité est engagé dans le même sillon. Il frôle désormais les 93€ par mégawattheure, un montant similaire à celui du début d’année 2008 avant la crise financière.

Sur les marchés spot qui donnent le prix de l’électricité au mégawatthere, heure par heure, les records ont déjà été battus au moins de juin et de juillet. C’est bien simple, la moyenne des tarifs en France n’a jamais été aussi élevée.

Courbe des prix de l'électricité en France

Mais cette flambée dépasse les frontières de la France, elle est même bien pire dans d’autres pays européens qui ne bénéficient pas de l’amortisseur qu’est l’ARENH.
Par exemple, en Italie du nord, c’est un pic à 145 € le mégawattheure qui a été enregistré ce lundi 30 août. Une différence d’autant plus importante qu’avant la crise sanitaire du Covid-19, le mégawattheure s’échangeait aux alentours de 40 € sur le marché spot.

Et ces augmentations en cascades sont directement liées à celle du gaz et du CO2. Trois causes principales à l’origine de cette hausse :

  • ●  La reprise économique après une année 2020 presque à l’arrêt
  • ●  Un hiver très froid en Asie
  • ●  Des stocks de gaz très faibles en Europe

Les prix ont donc prit 130% d’augmentation depuis le début de l’année 2021, bien qu’il faille noter qu’ils étaient nettement descendus à cause de la crise sanitaire. En revanche, le durcissement des objectifs climatiques ont favorisé une augmentation des prix du CO2, qui a passé dernièrement le cap des 60 € par tonne émise.

Il faudrait donc s’attendre à des factures d’électricité salées pour le début 2022 : entre 8% et 10% d’augmentation en février, après les réajustements de la CRE. Ce qui tomberait très mal pour le gouvernement alors que les élections présidentielles se préparent.

Une intervention du gouvernement ?

Pour éviter une image trop écornée au plus mauvais moment, deux solutions sont pour l’instant à l’étude.
La première est d’augmenter le plafond de l’énergie nucléaire vendue au prix de l’ARENH afin de réduire la marge d’augmentation des prix de l’électricité. Un projet qui n’est pas nouveau puisque la CRE tente de le négocier avec Bruxelles depuis plusieurs mois déjà, afin de réformer EDF. Pour l’instant, aucun accord n’est en vue.

Une autre solution serait de faire un geste fiscal pour favoriser l’électricité en rétrocédant aux consommateurs une part des économies faites grâces aux subventions publiques aux énergies renouvelables.
En effet, les contrats d’électricité solaire et éolienne devraient coûter 3 milliards de moins aux finances publics en 2022.

Cette seconde solution aurait sans doute pour conséquence d’encourager l’électrification des usages.

Plus de nouvelles

Éolien en mer : de nouveaux parcs en prévision

Samedi 28 août dernier, le Premier ministre Jean Castex a visité le chantier de Saint-Nazaire où les travaux du parc...

Lire la suite

Prix du gaz : la hausse continue en septembre

Il faut s’attendre à une nouvelle hausse des prix du gaz pour septembre. Ce sont presque 5 millions de foyers...

Lire la suite

Électricité et CO2 : les émissions 2021 dépassent les plafonds de 2019

Avec la reprise d’activité des entreprises cette année, la demande en électricité a augmenté et malheureusement, les émissions de CO2...

Lire la suite