La Russie est prête à fournir du gaz en Grèce et en Bulgarie si nécessaire

La Russie négocie toujours avec les pays qui souhaitent recevoir du gaz russe, par exemple la Grèce et l’Italie. La Bulgarie est également revenue à l’idée de fournir du gaz à travers le pays.
Vu que la Russie a des stocks importants de gaz, le pays voudrait fournir du gaz à des nations qui en ont besoin. La Russie devrait d’abord obtenir toute l’approbation de la part de l’UE et de la Commission européenne pour que ces plans d’infrastructure à long terme puissent être facilement mis en œuvre, selon Novak.

Plus de nouvelles

Quotidien (18.08.2017): Les prix du carbone en Europe ont dépassé 6€ jeudi pour atteindre un nouveau pic de 5,5 mois

Les prix du pétrole ont augmenté jeudi, car les données de l'AIE ont montré que les stocks de pétrole brut des États-Unis ont chuté de près de 13%, étant actuellement inférieurs au niveau de 2016. Les commerçants estiment que le marché du pétrole devient plus équilibré et que les stocks américains pourraient baisser au-dessous la moyenne de 5 ans les 2 prochains mois. Néanmoins, la production des États-Unis a sapé les efforts des producteurs de l'OPEP et de non-OPEP pour drainer une surabondance mondiale de carburant. Brent a progressé de 1,5% à 51,03 $ le baril, tandis que le prix de WTI a accru de 0,66% pour atteindre 47,09 $ le baril.

Lire la suite

Quotidien (17.08.2017): Les prix du pétrole ont chuté de plus de 1% mercredi malgré le déclin des stocks d’essence

Les prix du pétrole ont été volatils mercredi, même si les stocks du brut aux Etats-Unis ont chuté pour une 7ème semaine consécutive à leur niveau le plus bas depuis janvier 2016, selon les dernières données de l'AIE. Néanmoins, les stocks d'essence n'ont pas diminué comme prévu, et les données ont également montré que la production nationale du brut aux États-Unis augmenterait. Brent a clôturé la session en baisse de 53 cents à 50,27 $ le baril, alors que le prix de WTI a diminué de 1,62% pour atteindre 46,78 $ le baril.

Lire la suite

Le marché de l’énergie dans le nord de l’Angleterre pourrait être menacé par un Brexit dur

Le groupe de réflexion IPPR North a mentionné que l'absence d'un accord stable sur le commerce de l'énergie et le retrait d'Euratom pourrait avoir un impact négatif sur le Nord de l'Angleterre, sa sécurité énergétique et les prix du carburant, dans le cas d'un Brexit dur.

Lire la suite