La Norvège interdit l’utilisation de l’huile de chauffage dans les bâtiments

Le ministère du Climat et de l’Environnement a annoncé que cette interdiction s’appliquerait aux bâtiments neufs et anciens, aux maisons privées et aux entreprises, ainsi qu’aux installations publiques.
Les alternatives proposées pour remplacer les produits à base d’huile comprennent les pompes à chaleur, l’électricité provenant du réseau hydroélectrique du pays ou des poêles à bois.
Une autre mesure pourrait être la limitation de l’utilisation du gaz naturel pour le chauffage, selon le ministère.
Dans le cadre de l’accord de Paris sur le climat, le pays prévoit de réduire fortement les émissions d’ici 2030.
En 2016, les émissions de la Norvège étaient 3,3 pour cent en-dessus des niveaux de 1990, malgré les promesses antérieures de réduction.

Plus de nouvelles

L’Allemagne et la Californie unies pour atteindre les objectifs climatiques

L'Allemagne et l'Etat de Californie ont décidé de coopérer pour lutter contre le réchauffement climatique malgré la décision du président américain Donald Trump plus tôt ce mois-ci de se retirer de l'Accord de Paris de 2015 sur le climat, une décision qui a alarmée les dirigeants du monde entier.

Lire la suite

Quotidien (13.06.2017): Les prix du gaz naturel britannique ont dégringolé lundi, de près de 6%

Le pétrole a légèrement augmenté lundi, les investisseurs restant prudents entre promesses de baisse des exportations saoudiennes et perspectives de hausse des extractions américaines.

Lire la suite

Allemagne: les producteurs d’électricité vont être remboursés de quelques 7 milliards d’euros

Cette taxe avait été introduite par le gouvernement d'Angela Merkel en 2011, suite à la décision de la fermeture de tous les réacteurs nucléaires du pays à l'horizon 2022, ayant ainsi touché les gros groupes énergétiques allemands E.ON, RWE et EnBW. L'année dernière, le gouvernement a également annoncé la création d'un fonds chargé de gérer le stockage des déchets auquel les producteurs doivent contribuer à hauteur de 23,6 milliards d'euros, soit 6,2 milliards d'euros de plus que prévu par les entreprises. Le remboursement de la taxe sur le combustible nucléaire peut maintenant compenser cette situation.

Lire la suite