La centrale nucléaire britannique Moorside en crise après avoir perdu des investisseurs

La centrale, de la taille de 170 terrains de football, située près de Sellafield, pourrait produire 7% de l’électricité du Royaume-Uni à partir de 2025. Elle a été prévue de produire 3,8 gigawatts de l’électricité, suffisant pour alimenter six millions des maisons pendant 60 ans. Le projet est géré par NuGen – une coentreprise entre la société japonaise Toshiba et la société française Engie.
La construction de la centrale a été abandonnée à cause de la crise de Toshiba, qui fait face à une dette d’un milliard de livres et après que la société américaine Westinghouse, qui produit des réacteurs pour Moorside, a fait faillite.
Engie a décidé le 4 avril de réduire l’implication de Toshiba dans le projet et a lui revendu la participation de 40% pour 111 millions de livres.
Le retard de construction de Moorside représente un coup dur pour les plans du gouvernement visant à réduire les émissions de carbone.
Toutefois, le Royaume-Uni a besoin d’une nouvelle infrastructure pour remplacer les centrales vieillissantes de charbon et nucléaires, mais les grands projets demandent des investissements élevés.

Plus de nouvelles

Le gazoduc de la mer du Nord acquis par INEOS dans un accord de 199 millions de livres

Le gazoduc Forties Pipeline System dans la mer du Nord, qui appartenait à British Petroleum, a été acquis par le géant du gaz de schiste INEOS pour 250 millions de dollars américains (199 millions £).

Lire la suite

Le marché du gaz naturel de la Lettonie est officiellement ouvert à la concurrence

La Loi de l'Énergie qui prévoit la libéralisation du marché du gaz naturel de la Lettonie est entrée en vigueur depuis le 3 avril 2017, après des décennies de dépendance énergétique du géant gazier Gazprom de la Russie.

Lire la suite

Quotidien (04.04.2017) : Les prix à terme de l’électricité en Europe au plus haut niveau en quatre semaines

Les prix du pétrole brut ont évolué différemment lundi en raison d'un dollar plus faible, bien qu'une reprise de la production libyenne ait exercé une pression sur le marché et une augmentation de l'activité de forage des États-Unis a réduit les gains de prix.

Lire la suite