Hydrogène vert : de moins en moins cher, détrônera-t-il le gaz naturel et ses concurrents fossiles ?

Malgré une part encore faible dans le mix énergétique, l’hydrogène vert (d’origine renouvelable) se fera sans doute une place de choix dans les prochaines années : une étude BloombergNEF nous apprend que celui-ci coûtera de moins en moins cher.

Transition énergétique : de nouvelles perspectives grâce à l’hydrogène vert

Va-t-on assister à un développement rapide et massif de l’hydrogène vert ? C’est ce que suggère BloombergNEF, centre de recherche dédié à la transition énergétique, qui estime que cette énergie sera moins chère dans les prochaines années. Jusqu’à présent, elle était considérée comme chère à la production. Mais d’ici à 2030, l’hydrogène vert sera moins chère que l’hydrogène « bleu », d’origine fossile, produit avec capture et séquestration du CO2 et « gris » (également produit à partir d’énergie fossile mais sans capture du CO2). 

Les experts de BNEF avancent dans un rapport que « les coûts de production de l’hydrogène vert à partir d’électricité renouvelable devraient chuter jusqu’à 85% d’ici à 2050. »

Martin Tengler, analyste chez BNEF avance qu’« à l’avenir, au moins 33% de l’économie mondiale pourraient utiliser de l’énergie propre sans débourser un centime de plus que pour de l’énergie fossile » et que « des coûts aussi bas pour l’hydrogène d’origine renouvelable peuvent complètement redessiner la carte énergétique », selon Martin Tengler, analyste chez BNEF.

L’enjeu de cette baisse de prix est donc de taille, surtout qu’il est question d’une énergie pouvant même être moins chère que le gaz naturel d’ici à 2050 dans 15 des 28 marchés étudiés. « Nous pensons maintenant que l’électricité photovoltaïque sera 40% moins chère en 2050 que ce que nous pensions il y a tout juste deux ans », prévoient également les experts.

Il s’agit là d’une bonne nouvelle dans un contexte de transition énergétique qui doit être favorisé tant par les consommateurs que les gouvernements, à qui le centre de recherche demande un « soutien continu » pour assurer le développement de l’hydrogène vert.

Si le kilo d’hydrogène « propre » coûte 5 euros (1,50 euros pour l’hydrogène gris), freinant à l’heure actuelle toute possibilité d’une exploitation concrète, « les technologies d’électrolyseurs ne cessent de s’améliorer, rendant ainsi ces derniers de plus en plus efficaces.

Comment est produit cet hydrogène « propre » ?

Concrètement, l’hydrogène vert se distingue de l’hydrogène bleu en ce sens où il est produit par électrolyse (conversion de l’énergie électrique en énergie chimique) de l’eau, à partir d’électricité issue de sources renouvelables telles que l’éolien, le solaire ou l’hydroélectrique. Ainsi, cette énergie est considérée comme « verte » car elle est produite sans émission de CO2.

Plus de nouvelles

Projet Hercule : le gouvernement tente toujours de convaincre les syndicats

Mardi 6 avril, Bruno Le Maire, Barbara Pompili et Jean-Bernard Lévy (PDG d’EDF) ont reçu les différentes organisations syndicales pour...

Lire la suite

La Mède : Total autorisé à continuer son activité en contrepartie d’une étude écologique approfondie

Petite victoire pour Greenpeace et cinq autres associations écologistes qui ont attaqué Total en déposant un recours en justice au...

Lire la suite

Biogaz : en plein essor, la filière demande à l’État de continuer à la soutenir

S’il n’est pas le fer de lance de la transition énergétique des prochaines années, le biogaz entend tout de même...

Lire la suite