L’hydroélectricité menacée par les changements climatiques

Première source d’énergie verte au monde, l’hydroélectricité produit aujourd’hui plus d’énergie que toutes les autres sources renouvelables combinées. Pourtant, elle est désormais menacée par les changements climatiques mondiaux, à commencer par les fortes chaleurs.

La sécheresse menace l’hydroélectricité

Un sixième de la production mondiale d’électricité provient désormais des barrages hydroélectriques. Cette source d’énergie verte est aujourd’hui un élément primordial dans la transition écologique que doivent amorcer tous les pays en matière de production d’énergie “non seulement grâce aux quantités massives d’électricité à faible teneur en carbone qu’elle produit, mais aussi en raison de ses capacités inégalées en matière de flexibilité et de stockage”, comme l’explique un rapport de ce mois de juin 2021 par l’Agence internationale de l’énergie.

Malheureusement, les bassins créés par les nombreux barrages construits à travers le monde sont menacés par les sécheresses de plus en plus fréquentes et longues, causées par les changements climatiques que nous connaissons depuis plusieurs années.

La baisse du niveau de l’eau dans les réservoirs est parfois si importante que des centrales hydroélectriques sont obligées de fermer, comme la centrale Edward Hyatt en Californie. En service depuis 1967, son lac n’était plus rempli qu’à 24% de sa capacité totale en ce mois d’août.

Entre le Nevada et l’Arizona, l’énorme centrale hydroélectrique Hoover n’a pu fonctionner qu’à 25% de sa capacité au mois de juillet. Et au Brésil, où l’hydroélectricité représente une part de 61% de la production électrique nationale, tous les réservoirs des barrages ont connu une baisse de leur niveau qui n’avait jamais été observée en 91 ans. Enfin en Chine où plusieurs industries ont été forcées à la fermeture à cause d’une immense pénurie d’énergie cause par l’assèchement des barrages hydroélectriques.

Même des pays du nord, pourtant moins victimes de grosses chaleurs, ont été touchés par le phénomène : la Norvège a enregistré une baisse de 22% de sa production d’État en hydroélectricité.

Des projets de barrages incertains

D’autres phénomènes météorologiques sont également une entrave au bon fonctionnement de certains barrages. Les inondations peuvent aussi poser problème dans la production d’hydroélectricité, comme au Malawi où l’accumulation de débris en plus de la montée des eaux a forcé deux centrales à cesser toute production.

L’hydroélectricité étant une source d’énergie verte efficace, le nombre de projets de barrages ne baisse pas et des méga-barrages sont même prévu pour produire plus. Cependant, ces constructions concentrent en un seul site tous les risques liés aux changements climatiques de plus en plus nombreux et imprévisibles.

Par exemple, en Afrique de l’Est, les projets de barrages tendent à se concentrer autour du Zambèze et du Nil. Hors les précipitations dans cette région peuvent être très variables et causer tantôt des pénuries, tantôt des inondations.
D’autres pays ont encore des projets géants dans leurs cartons, comme la Chine qui prévoit d’installer deux gros barrages hydroélectriques sur le fleuve Yangtsé. Des projets qu’il faut à présent voir à travers le prisme du changement climatique et des aléas qu’il cause, comme le souligne cet article.

Plus de nouvelles

Une nouvelle piscine nucléaire à 1,25 milliard d’euros pour La Hague

EDF prévoit un investissement de 1,25 milliard d’euros pour construire une nouvelle piscine nucléaire non loin de celles déjà existante,...

Lire la suite

Loi Climat et Résilience : quels sont les changements ?

Le 20 juillet 2021 a été adopté par le Parlement le projet de loi Climat et résilience. Destinée à influencer...

Lire la suite

La première centrale solaire flottante de Haute-Garonne sera bientôt opérationnelle

C’est l’entreprise Urbasolar qui est en charge du projet de construction de la première centrale solaire flottante de Haute-Garonne. Située...

Lire la suite