Hercule EDF : le gouvernement veut présenter un projet de loi au Parlement d’ici l’automne

Le gouvernement demandera au Parlement, d’ici à l’automne 2021, l’examen d’un potentiel projet de loi sur la réforme « Hercule » visant à restructurer EDF.

Réforme Hercule d’EDF : un texte présenté au Parlement dans les prochains mois « si cela peut se faire »

L’information, relayée par Matignon à la suite d’une réunion avec plusieurs députés de l’opposition sur le sujet, témoigne la volonté de la France d’entériner cette réforme. Au sommet de l’État, on « a confirmé cette fenêtre de tir, expliquant que l’agenda parlementaire était plein d’ici juin, et que l’automne serait consacré au Projet de loi de finances pour 2022. »

Il y a quelques jours encore, une source gouvernementale révélait que « les grands principes de cette réforme ont été actés. Il y a de bonnes chances d’aboutir à un accord même si elles ne sont pas certaines. » 

Le député Sébastien Jumel (PCF) a livré à l’AFP que « le gouvernement nous a dit que l’accord avec Bruxelles serait prêt d’ici six à huit semaines et qu’un projet de loi serait présenté vers l’automne », confirmant l’avancée des négociations avec la Commission Européenne.

Julien Aubert, député Les Républicains, estime que « si ça peut se faire, ça se fera très vite, sans doute d’ici l’été. » 

Nouvelle journée de mobilisation le 8 avril 

De son côté, Adrien Quatennens (La France Insoumise), opposé au projet, qualifie celui-ci d’« idéologie » et se demande « jusqu’où le gouvernement est prêt à sacrifier la France pour satisfaire les exigences purement idéologiques de la Commission européenne. »

L’interfédérale FNME-CGT, CFE Énergies, FCE-CFDT et FO Énergie et Mines a appelé « les salariés à se mobiliser le 8 avril, jour du 75e anniversaire de la loi de nationalisation fondatrice d’EDF et de GDF. » Il s’agira de la sixième journée de grève, quelques semaines après celle du 10 février.
Les syndicats EDF se demandent « qui croire » dans la mesure où ces négociations entre Paris et Bruxelles semblaient, il y a quelques semaines à peine, à l’arrêt voire compromises. 

Pour rappel, la réforme « Hercule » vise à restructurer EDF en plusieurs entités déjà définies selon Les Echos

  • « EDF Bleu », propriété exclusive de l’État qui gère les centrales nucléaires ;
  • « EDF Vert », cotée en Bourse, en partie détenue par EDF Bleu et gérant les énergies renouvelables
  • « EDF Azur », quasi-entité gérant les barrages hydrauliques du groupe et elle aussi propriété de l’État. 

Les opposants aux projets dénoncent un démantèlement du groupe soutenu par Bruxelles dont la séparation des activités qu’elle implique aurait des retombées sur la facture d’électricité des usagers. Une tribune parue dans Le Monde, signée par des syndicats et députés a également été relayée sur le réseau social Twitter : 

 

Plus de nouvelles

EDF Nucléaire : nouveau problème de soudures décelé à l’EPR de Flamanville

Début mars, EDF a signalé à l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN) « un événement significatif » d’écart de conception au...

Lire la suite

Nucléaire : 60 % des Français y sont favorables selon un baromètre Odoxa

Alors que le développement des énergies renouvelables prend de l’ampleur depuis quelques années, l’institut Odoxa révèle, suite à un baromètre...

Lire la suite

Bilan Neoen 2020 : un bénéfice net en baisse mais des ambitions à la hausse pour 2021

Le groupe français Neoen veut sortir son épingle du jeu et se renforcer encore plus en matière d’énergies renouvelables. Neoen...

Lire la suite