France: Total lance un projet d’énergie de 1,7 milliard $ au Texas, États-Unis

Les partenaires de Total dans le projet de construction de deux nouvelles unités sur la côte du Golfe américain sont les entreprises chimiques Borealis et Nova.
Une unité est un craqueur à vapeur à l’éthane à Port Arthur, au Texas, qui permettrait de convertir le gaz naturel en produits chimiques utilisés pour les plastiques et autres matériaux. Un investissement initial de 1,7 milliard de dollars sera effectué par Total dans cette opération.
L’autre unité est une nouvelle usine de polyéthylène à Bayport, au Texas, qui va fabriquer des plastiques. Le coût de cette usine est toujours divisé entre Total, Borealis et Nova. Le coût du projet serait d’environ plusieurs milliards de dollars et Total en aurait 50 pour cent.
Le démarrage du nouveau vapocraqueur, qui exigera l’approbation des organismes de réglementation, est prévu pour 2020. Il est susceptible de créer au moins 1500 emplois locaux.

Plus de nouvelles

L’Italie donne le feu vert au gazoduc TAP

Le projet de gazoduc TAP (Trans Adriatic Pipeline), la dernière pièce du corridor gazier sud de 40 milliards de dollars qui transportera le gaz naturel de la Caspienne vers l'Europe, a reçu le feu vert de l'une des premières juridictions italiennes malgré les appels lancés par les autorités locales du sud de l'Italie qui voulaient changer le point de destination de livraison finale.

Lire la suite

EDF obtient le feu vert à la construction du projet nucléaire à Hinkley C

Le géant français EDF a reçu le feu vert pour la construction d’une nouvelle centrale nucléaire sur le site d’Hinkley Point, dans l’ouest de l’Angleterre. C’est la première centrale nucléaire britannique qui sera construite depuis 1995.

Lire la suite

Quotidien (28.03.2017) : Les prix à terme de l’électricité en Europe en recul d’environ 2% vu la baisse des prix des carburants

Les prix du pétrole brut ont baissé lundi en raison d'une autre hausse hebdomadaire du nombre de plates-formes pétrolières aux États-Unis et de l'incertitude sur la possibilité de l'OPEP d'étendre ses réductions de production au second semestre.

Lire la suite