Énergies: Augmentation de 10€ des prix de l’énergie attendus pour cet été trop ensoleillé !

Les estimations météorologiques ont indiqué qu’une nouvelle vague de chaleur serait présente en France cet été. Dans ce scénario, les prix de l’électricité et du gaz naturel devraient en conséquence augmenter de 23%. 

Depuis deux ans, les précédentes vagues de chaleur ont eu un impact sur le refroidissement des centrales nucléaires. Afin de refroidir leurs réacteurs, les centrales nucléaires pompent l’eau des mers ou des rivières de France. L’entreprise doit en aval rejeter cette eau à une température contrôlée et réglementée. Toutefois, en période de sécheresse et de canicule, la température de l’eau devient trop haute, ce qui oblige le groupe nucléaire à arrêter le refroidissement de certaines centrales et donc stopper certains de ces réacteurs. 

En 2018, les conditions de canicule enregistrées avaient obligé le groupe nucléaire à diminuer sa production jusqu’à 6.2 GW (10% de la capacité nucléaire en France). Si elle a lieu, la canicule extrême prévue cet été 2020 provoquerait l’arrêt de 4 réacteurs pour des problèmes de refroidissement. La production nucléaire en France perdrait donc 33 TWh soit 43% au 3ème trimestre suivi de l’augmentation des prix sur le marché du gros de 10.30€/MWh. 

Cet effet impacterait l’importation de l’électricité française dans d’autres pays notamment en Allemagne. En juillet 2019, pendant l’été le plus chaud jamais enregistré, les prix de l’électricité sur le marché de gros en France et en Allemagne s’étaient élevés en moyenne à 37,66€/MWh et 39,6€/MWh, respectivement, contre 29,26€/MWh et 32,52€/MWh en juin.

Un été asséché

Pour le troisième été consécutif, des conditions climatiques encore plus sèches sont attendues en France et en Allemagne. Les cours d’eau seront moindres diminuant l’accessibilité à l’eau pour refroidir les machines nucléaires. EDF sera donc surement amené à réduire la production de deux centrales. 

Dans ce cas, une réduction de 16% de la production nucléaire dans l’hexagone soit 12.5 TWh sur la période de Juillet à Septembre est estimée. Les prix spot français augmenteraient de 3€/MWh au troisième trimestre. Concernant la livraison au troisième trimestre, les prix de l’électricité étaient négociés à 32.20€/MWh soit une baisse de 8.4% par rapport au premier trimestre 2020 dans une situation particulière de confinement pour empêcher la propagation du virus.  

 

Plus de nouvelles

GAZ: Le GNL n’a pas besoin du coronavirus pour être menacé

La crise sanitaire de Covid-19 n’est pas le seul élément qui a entraîné la chute des prix du gaz naturel...

Lire la suite

Electricité : Reprise de la consommation et des prix attendus avec le déconfinement

C’est une bonne nouvelle pour l’économie française et les fournisseurs, mais pas pour vos factures d’énergie.  La demande d’électricité du...

Lire la suite

PPE : Objectifs de la consommation finale d’énergie en France publiés

Les décrets relatifs aux nouvelles programmations pluriannuelles de l’énergie (PPE) et la stratégie nationale bas carbone sont parus le 23...

Lire la suite