Combustibles nucléaires : une saturation des capacités de stockage et une production interrompue en 2030 ?

« Attention danger ! » C’est en ces termes que l’on pourrait dépeindre l’épineuse situation du site de La Hague (Manche) et des exploitants français à savoir EDF et Orano qui pourraient bientôt manquer de place pour stocker leurs combustibles nucléaires usés.

L’usine de traitement des déchets nucléaires de La Hague arrivera bientôt à saturation

Le temps presse pour le site de retraitement de La Hague. Pourtant, « cela fait dix ans qu’il y a un consensus pour dire que la France va manquer de capacités d’entreposage des combustibles nucléaires usés à l’horizon 2030 », rappelle le président de l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN), Bernard Doroszczuk.

Le fournisseur historique se déleste chaque année de plus de 1 100 tonnes de combustibles usés. Après un traitement et un refroidissement dans les piscines des centrales nucléaires, celui-ci se retrouve à La Hague quelques années plus tard pour être de nouveau refroidi et traité. Orano faisait état de 9 800 tonnes de déchets nucléaires entreposés à La Hague fin 2019.

Ce « véritable défaut d’anticipation » et la possible saturation de la capacité maximale de 14 000 tonnes pourrait mener à « un coup d’arrêt » pur et simple de la production nucléaire d’ici 2030 si aucune solution de stockage desdits combustible n’est trouvée. Le président demandait en juin 2020 à EDF et Orano « qu’ils prennent le sujet en main pour aboutir au plus tôt à la création de capacités d’entreposage soit sous eau soit à sec. »

Si EDF avait bien soumis une proposition de construction d’une autre piscine d’une capacité de 6 500 tonnes sur le site de La Hague, celle-ci prendra du retard a annoncé Anne-Cécile Rigail, directrice générale adjointe de l’ASN : « EDF devait remettre la demande d’autorisation de création de cette installation fin 2020 mais a pris du retard. Le groupe a décidé de reprendre le design de cette piscine […] On sait déjà que ce projet ne sera pas au rendez-vous de 2030 car EDF envisage une mise en service en 2034. »

Quelle solution de secours envisager pour traiter ces combustibles nucléaires usés ?

Alors, quelle alternative pourrait être envisagée pour éviter un arrêt de la production nucléaire ? 

Il serait possible de stocker le combustible usé dans des conteneurs, « à sec », plutôt que dans des piscines, comme le suggérait l’ACRO (Association pour le contrôle de la radioactivité dans l’Ouest) en octobre 2020. Cette possibilité permettrait d’éviter « de mettre tous les déchets au même endroit et d’éviter aussi du transport. » 

Quelle que soit l’option envisagée, il ne faudra pas traîner : au-delà de ce qu’un stockage de déchets nucléaires hautement radioactifs implique en termes de risques, la production d’électricité nucléaire serait sérieusement impactée d’ici une dizaine d’années, bien qu’« à très court terme et à court terme, on ne court pas de risque », assure Adrien Manchon, chef de la division de Caen de l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN).

Plus de nouvelles

Projet Hercule EDF : vers un arrêt des négociations entre Paris et Bruxelles ?

En cours depuis plusieurs semaines, les négociations entre le gouvernement et la Commission européenne au sujet du projet Hercule semblent...

Lire la suite

Projet Hercule : 28% du personnel en grève pour la quatrième journée de grève du 19 janvier

Près de 200 militants CGT se sont réunis mardi 19 janvier devant le siège du parti de La République En...

Lire la suite

Projet Hercule : les salariés d’EDF (une nouvelle fois) en grève le 19 janvier prochain

La levée de bouclier n’en finit plus chez EDF. En plus de la crise de la COVID-19, le groupe va...

Lire la suite