Brexit : les changements sur le marché de l’énergie européen et français

Apres trois ans d’attente, le Royaume-Uni a enfin quitte l’Europe le 31 Janvier dernier. Mais que signifie cette séparation pour le marché de l’énergie européen ? Quels sont les impacts à prévoir pour la France ?

Même si un accord a été trouvé entre le Royaume-Uni et l’Europe, une grande partie de leurs relations futures restent incertaines. Le marché européen de l’énergie n’est pas à l’abri des répercutions du Brexit, à mesure que le Royaume-Uni quittera l’UE, il subira surement des changements majeurs.

Mais pas d’urgence. Avant le 31 décembre 2020, durant la période de transition, les accords en cours et les règlements européens continuent à s’appliquer. Après cette période de transition, les échanges d’électricité continueront entre l’Union Européenne et le Royaume-Uni selon des modalités qui seront définies prochainement.

David Livingston, expert et , chercheur au Global Energy Centre de l’Atlantic Council, s’est exprimé sur l  impacte que le Brexit pourrait signifier pour les marchés européens et britanniques de l’énergie à l’avenir :

«La grande difficulté du  Brexit est que, même si le Royaume-Uni n’est plus officiellement un État membre, nous n’avons aucune idée de la forme de la future relation entre le Royaume-Uni et l’UE. L’acquis de l’UE, les traités, la jurisprudence et la législation de l’Union européenne au titre de l’article 7 de l’accord de retrait (AO) continuent de s’appliquer au Royaume-Uni du 1er février 2020 au 31 décembre 2020. En vertu de la WA, l’organe exécutif de l’UE – la Commission européenne – maintient toujours sa surveillance de l’application des règles de l’UE au Royaume-Uni, et les tribunaux britanniques peuvent faire référence à des décisions de la Cour suprême de l’UE, la Cour de justice, basée à Luxembourg. La période de transition elle-même peut être prolongée jusqu’au 31 décembre 2021. Rien de substantiel ne peut donc changer jusque début 2022.

«À partir de février, l’UE et le Royaume-Uni sont censés négocier une nouvelle relation commerciale. Cependant, comme toujours si l’ensemble de la saga des trois ans et du Brexit, nous avons eu des signaux mitigés d’un gouvernement britannique qui ne semble pas choisir un futur et un modèle commercial post-Brexit. C’est ce choix de modèle commercial qui aura un impact sur le secteur européen de l’énergie. De toute évidence, si le gouvernement Johnson va dans le sens d’un modèle commercial qui n’aboutit qu’à un accord commercial limité axé sur les tarifs, l’impact sur l’économie et le secteur énergétique du Royaume-Uni est susceptible d’être important. Cependant, plus elle est proche de l’UE en termes d’application de ses règles du marché unique et de maintien de la reconnaissance mutuelle sur le territoire de l’UE et du Royaume-Uni, plus la probabilité de perturbation est réduite au minimum.

«Si le Premier ministre britannique Boris Johnson se dirige vers un accord commercial limité, il est probable qu’il pourrait y avoir des coûts importants au Royaume-Uni et un échec à donner suite aux grands projets d’interconnexion proposés. Dans de telles circonstances, le Royaume-Uni peut réagir en cherchant à développer la production intérieure de la mer du Nord dans la mesure du possible et éventuellement chercher à réexaminer les projets de gaz de schiste. Pour l’UE, le Royaume-Uni restera entièrement en dehors des infrastructures du marché de l’énergie, renforçant les pôles du marché continental, mais réduisant la résilience et la coopération en Europe du Nord-Ouest en particulier. Cependant, l’administration Johnson devrait basculer dans le sens d’un modèle commercial impliquant un alignement réglementaire étroit avec l’UE, puis après la pause due aux incertitudes du Brexit, nous pourrions voir un renforcement du processus d’intégration énergétique, des prix plus bas au Royaume-Uni et une marché de l’énergie plus compétitif en Europe occidentale. »

Plus de nouvelles

Entreprises – fin partielle des tarifs réglementés d’électricité

A partir du 1er janvier 2021, une partie des entreprises françaises n’aura plus accès aux Tarifs Réglementés de Ventes d’électricité...

Lire la suite

Les marchés de l’électricité et de gaz à la hausse

Depuis quelques jours, les prix de l’électricité et du gaz montent sur les marchés, avec peu de chances de voir...

Lire la suite

Actualités de l’énergie 9/09/2019

Lire la suite