Bilan Neoen 2020 : un bénéfice net en baisse mais des ambitions à la hausse pour 2021

Le groupe français Neoen veut sortir son épingle du jeu et se renforcer encore plus en matière d’énergies renouvelables. Neoen a annoncé jeudi 11 mars, dans le cadre de la parution de bilan complet de l’année 2020, vouloir franchir un nouveau cap, en augmentant significativement ses capacités d’actifs renouvelables pour ces 4 prochaines années.

2 GW de nouveaux projets renouvelables par an jusqu’en 2025

Neoen ne cache pas ses ambitions : avec un objectif de parc de 10 GW en opération ou en prévision d’ici à fin 2025, le producteur français d’énergies renouvelables veut donc plus que doubler ses capacités d’actifs renouvelables, portés à 4,1 GW aujourd’hui.

L’évolution est à sa portée, d’autant plus que le groupe ne comptait qu’1 GW début 2020, preuve d’une croissance incroyable. Preuve de ce beau progrès, l’Ebitda (bénéfice avant intérêts, impôts, dépréciation et amortissement) a augmenté de 25 % pour l’année 2020 et a atteint les 270,4 millions d’euros. 

Le président-directeur général de Neoen, Xavier Barbaro, a fait part de sa satisfaction à l’occasion de la parution de ce bilan financer : « En 2020, la forte hausse du chiffre d’affaires et de l’EBITDA démontrent une nouvelle fois le profil de croissance de Neoen. »

Il a également rappelé les avancées réalisées en 2020 : « En dépit du retard de quelques projets, nous avons mis en opération près de 800 MW et lancé la construction de près de 1 GW au cours de l’année. Nous avons également remporté plus de 1 GW de nouveaux projets, ce qui illustre à la fois notre compétitivité et notre capacité à proposer des solutions innovantes. »

En janvier 2021 déjà, Engie annonçait s’associer avec Neoen dans le cadre d’un projet de parc solaire « inédit et innovant » de 1 000 hectares, faisant écho à ce souhait de « saisir des opportunités de croissance externe. » Mi-février, Neoen remportait 81,6 MW de projets solaires en France dans le cadre de l’appel d’offres CRE 4.9 et rappelait « Au cours des neuf périodes d’appel d’offres CRE 4, Neoen a remporté 364,6 MWc de projets solaires, ce qui représente un investissement total supérieur à 300 millions d’euros. »

Le groupe français prévoit 5,3 milliards d’euros pour la période 2021-2025. Pour répondre à ces objectifs, Neoen prévoit une levée de fonds de maximum 1,2 milliards d’euros « sur la période d’exécution de son plan d’investissement. »

Un net part et un bilan 2020 « affectés par des éléments non récurrents »

Le bilan de cette année 2020 et ces avancées de Neoen sont toutefois nettement contrastées par les résultats financiers du groupe dont le net part passe de 36 millions d’euros réalisés en 2019 à seulement 3,9 millions pour l’année dernière, soit une baisse de 89 %. Neoen revient sur cette baisse drastique sous l’effet « des dépréciations d’actifs non courants qui se sont élevées à (14,1) millions d’euros. Elles correspondent essentiellement à une perte de valeur constatée sur le projet Altiplano en Argentine […] dans un contexte de dépréciation de cette devise par rapport au dollar américain […]. »

Neoen a, par ailleurs, annoncé un Ebitda compris entre 295 et 325 millions d’euros pour 2021, alors que des prévisions envisageaient une somme dépassant les 340 millions, conséquence : le groupe a enregistré une forte baisse d’actifs et retombe à 44 euros (-7,27 %) à la mi-séance du jeudi 11 mars 2021. 

Retrouvez le détail des résultats annuels 2020 de Neoen en cliquant ici.

Plus de nouvelles

Réforme d’EDF : un accord trouvé entre le gouvernement et Bruxelles ?

Alors que la validation de la réforme d’EDF « Hercule » semblait compromise au vu du statut quo des discussions...

Lire la suite

Nucléaire : « Aucun réacteur en France n’est aux normes post-Fukushima » selon Greenpeace

Tristement célèbres, les catastrophes nucléaires de Three Mile Island (États-Unis, 1979), Tchernobyl (Ukraine, 1986) et Fukushima (Japon, 2011) alimentent, aujourd’hui...

Lire la suite

La Roche-sur-Yon : l’ancien site Michelin remplacé par une station multi-énergies

Il y a un peu plus d’un an, Michelin annonçait la fermeture de son usine située à La-Roche-sur-Yon (Vendée) et...

Lire la suite